Le mag Evalar

La Passiflore, l’alliée incontournable des anxieux

Originaire d’Amérique du sud, la Passiflore était déjà utilisée par les Aztèques pour ses vertus sédatives. La Passiflora Incarnata ou « Fleur de la passion » fut introduite en Europe par les missionnaires espagnols. Plante polyvalente de l’anxiété, elle est particulièrement recommandée pour les anxieux agités qui extériorisent leur stress et présentent des troubles fonctionnels (palpitations, maux de ventre…).
 
Ses propriétés

La passiflore est reconnue pour réduire le stress et l’anxiété, favoriser le sommeil, soulager les symptômes de l’asthme, les spasmes musculaires et les douleurs névralgiques.
Elle est traditionnellement utilisée pour réduire la tachycardie (rythme cardiaque trop rapide) d’origine nerveuse.
Une étude clinique[1] réalisée en 2001 a démontré que la passiflore était aussi utile que l’oxazépam (anxiolytique de la famille des benzodiazépines) pour réduire l’anxiété généralisée. 
 

Ses utilisations

Sous forme d’extrait sec (gélule), il est conseillé de prendre au moins 200 mg de passiflore par jour pour bénéficier des bienfaits de ses principes actifs.
Elle peut également être consommée en tisane plusieurs fois par jour. Il est alors recommandé de laisser infuser 2,5 g de passiflore (feuilles et fleurs séchées) plongées dans 1,5 litre d’eau bouillante. 

En cas de troubles du sommeil, elle peut être associée à la Mélisse, plante régulatrice de l’humeur et des fonctions cognitives.
Associée au Griffonia, précurseur de la sérotonine, elle aide particulièrement les hyperactifs sujets aux envies de sucre le soir, au besoin excessif de faire du sport, ou aux dépendances (alcool, tabac...) et favorise l’endormissement.

La passiflore permet de soigner son anxiété de façon naturelle, sans recourir à l’usage de psychotropes ou d’anxiolytiques et donc d’éviter leurs effets indésirables.
La passiflore est généralement bien tolérée. Attention, toutefois, si vous l’associer à d’autres plantes ou médicaments, ses effets calmants et sédatifs peuvent être amplifiés.
En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.
 
Sources : ANSM, Passeport Santé, ESCOP
 

 (Nature)
Retour